Logo du projet pour le Biodôme de Montréal Pour voir davantage  du Musée virtuel du Canada



À l'eau! les animaux


Vidéo: l'eau dans la forêt tropicale

Les animaux des milieux aquatiques, comme le capybara, le caïman et le piranha, ont développé avec le temps diverses aptitudes pour se déplacer, s’alimenter ou encore pour percevoir leur environnement.




À vous de les découvrir !











Alimentation


Caïman yacare

Image: caïman yacare
caïman yacare

Les dents du caïman, tout comme celles de l’alligator et du crocodile, tombent et repoussent tout au long de son existence. Comme sa gueule en compte environ 80, on estime donc que le caïman aura eu de 2 000 à 3 000 dents au cours de sa vie.










Vidéo: caiman yacare

Malgré la puissance de leurs muscles, les mâchoires du caïman yacare ne sont pas capables d’effectuer des mouvements latéraux ni de mastiquer. C’est pourquoi les caïmans yacare avalent tout rond leur proie.














Arowana

Image: arowana
arowana

La gueule oblique de l’arowana incite ce poisson préhistorique à s’alimenter principalement à la surface de l’eau.

Il peut bondir de plus d’un mètre hors de l’eau pour capturer les insectes dont il s’alimente dans son milieu naturel. Au Biodôme, on le nourrit surtout de poissons et de crevettes.









Caurale-soleil

Image: caurale-soleil
caurale-soleil

Son alimentation est très variée: invertébrés, crabes, poissons, grenouilles. Lorsqu’il chasse, il se déplace très lentement, la tête tournée vers l’arrière, puis il se retourne vers sa proie à la vitesse de l’éclair.












Vidéo: caurale-soleil

Il trempe souvent ses proies dans l’eau avant de les avaler. Au Biodôme, on lui sert entre autres des souriceaux, des éperlans et des insectes.
















Ibis et spatule

Image: ibis rouge
ibis rouge

Les ibis rouges et les spatules rosées s’alimentent d’insectes aquatiques, de mollusques, de crustacés et de petits poissons. L’ibis rouge a un long bec recourbé. Pour trouver sa nourriture dans la vase, il hoche la tête, comme s’il disait OUI.











Vidéo: ibis et spatule

La spatule rosée balaie la surface avec son bec évasé en remuant la tête de gauche à droite, comme si elle disait NON.

















Perception


Poisson-chat et silure

Les barbillons des poissons-chats à queue rouge et des silures tigrés sont des organes sensoriels très importants, car ils aident ces poissons à détecter leurs proies.

Image: silure tigré
silure tigré
Image: poisson-chat à queue rouge
poisson-chat à queue rouge

















Anaconda jaune

Image: anaconda jaune
anaconda jaune

Avec son va-et-vient continuel, la langue du serpent lui permet de «sentir». La langue collecte en effet des molécules de l’air et les dépose sur l’organe de Jacobson, qui se charge de les analyser.












Image: organe de Jacobson
organe de Jacobson















Vidéo: anaconda jaune

Selon les scientifiques, en fournissant deux points d’échantillonnage, la langue fourchue du serpent lui indiquerait de quel côté se dirige sa proie. Ajoutons qu’il peut également sentir avec ses narines.
















Piranha et tétra

Les piranhas à ventre rouge et les tétras cardinaux sont des poissons qui vivent en banc.

Ils sont bien adaptés aux eaux sombres dans lesquelles ils vivent. Par exemple, les rayons de soleil qui pénètrent dans l’eau se réfléchissent sur les cellules spécialisées de leur peau. Ils peuvent ainsi reconnaître leurs congénères à la couleur de leur corps.

Image: tétra cardinal
tétra cardinal
Image: piranha à ventre rouge
piranha à ventre rouge

















Capybara et caïman

Image: capybara
capybara

Les yeux et les narines des animaux qui passent beaucoup de temps dans l’eau, comme le capybara, sont souvent placés en haut de la tête. Grâce à cette caractéristique, ils peuvent voir et respirer alors qu’une grande partie de leur corps se trouve sous l’eau.









Image: oeil de caïman
oeil de caïman

Une membrane transparente recouvre l’œil du caïman yacare, ce qui lui assure une meilleure protection lorsqu’il est sous l’eau.














Locomotion


Jacana et talève


Le jacana du nord et la talève violacée sont des oiseaux des rivages. Avez-vous remarqué leurs longs doigts, grâce auxquels ils peuvent marcher sur les plantes flottantes?

Vidéo: jacana et talève
Image: talève violacée
talève violacée


















Capybara

Le capybara est le plus gros rongeur du monde. Ses pattes semi-palmées lui permettent non seulement de bien nager, mais aussi de ne pas s’enfoncer, malgré son poids, lorsqu’il marche sur les rives vaseuses qu’il fréquente en milieu naturel.

Image: pied de capybara
pied de capybara
Image: capybaras dans l'eau
capybaras dans l'eau

















Basilic vert

Vidéo: basilic vert

Pour échapper à un prédateur, le basilic vert peut courir sur la surface de l’eau.

Ses longs pieds légèrement palmés augmentent la surface de contact avec l’eau. S’il ralentit, il coule, mais il est à noter que le basilic est aussi un excellent nageur.










Image: patte arrière de basilic vert
patte arrière de basilic vert
Image: basilic vert
basilic vert

















Tortue à taches jaunes

Image: tortue à taches jaunes
tortue à taches jaunes

La carapace de la tortue à taches jaunes de l’Amazonie est bien adaptée à son milieu naturel: sa forme aplatie glisse plus facilement dans l’eau. Signalons également que les pattes palmées de cette tortue accroissent sa mobilité, ce qui s’avère pratique pour chercher sa nourriture ou fuir ses prédateurs.









Image: narines de la tortue à taches jaunes
narines de la tortue à taches jaunes

Avez-vous remarqué ces grosses narines qui lui permettent de respirer à la surface de l’eau?
















Pour en savoir plus :
Fiches descriptives


 Retour: écosystèmes  Forêt tropicale    
 Premières impressions  Ni souris, ni chauves La forêt étagée À l'eau! les animaux
Accueil  English  Commentaires  Générique  Site Web du Biodôme  © Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés