Logo du projet pour le Biodôme de Montréal Pour voir davantage  du Musée virtuel du Canada



Au fil des saisons



Dans la forêt laurentienne, la nature se transforme au fil des saisons.



Image: la forêt laurentienne au printemps
la forêt laurentienne au printemps


Le printemps se pare du joyeux coloris des multiples fleurs et du vert tendre des jeunes feuilles.













Image: la forêt laurentienne en été
la forêt laurentienne en été


L’été venu, le vert du feuillage se fait plus intense et le sous-bois, refuge de l’ombre, est boudé par la plupart des fleurs.













Image: la forêt laurentienne en automne
la forêt laurentienne en automne


À l’automne, les feuilles se teintent de jaune, d’orangé et de rouge, avant de se disperser sur le sol













Image: la forêt laurentienne en hiver
la forêt laurentienne en hiver


L’hiver, quelques conifères, qui ont gardé leur parure vert foncé, viennent rompre la monotonie du paysage dénudé.















Image: éclairage
éclairage

Une question de lumière

La répartition entre la durée du jour et celle de la nuit (ou «photopériode») est le principal facteur qui régit les saisons.

Au Biodôme, c’est la lumière naturelle entrant par les lanterneaux du toit et, surtout, un système d’éclairage artificiel qui déterminent la photopériode.

Au cours de l’automne, les jours raccourcissent jusqu’au 21 décembre, le jour le plus court de l’année. Puis ils commencent à rallonger, et ce jusqu’au jour le plus long, le 21 juin.




La température joue également un rôle

Les changements de température influencent aussi les cycles biologiques qui ont cours pendant les saisons. Ainsi, le froid vif des nuits d’automne, combiné à la diminution de lumière, déclenche les phénomènes qui font changer les couleurs des feuilles.

Dans la forêt laurentienne du Biodôme, la température varie aussi selon les saisons, mais il n’y a pas de gel afin d’éviter les bris de canalisations et rendre la visite des lieux plus confortable. Cette absence de froid intense ainsi qu’une acidité du sol différente du milieu naturel pourraient expliquer le fait qu’en automne les couleurs du feuillage sont moins vives au Biodôme que dans les Laurentides.

Pour faire en sorte que le printemps arrive plus tôt que dans la nature, on commence à augmenter graduellement la température à compter du premier mars. On accroît aussi la photopériode de dix minutes par jour pendant tout le mois de mars.



Un sous-bois changeant

Dans le sous-bois de la forêt laurentienne, les plantes sont soumises à des conditions très variables de lumière et de température selon les saisons.

Image: sous-bois au printemps
sous-bois au printemps


Au printemps, le sol se réchauffe, les plantes qui croissent sous les grands arbres profitent de cette chaleur et de la lumière abondante pour se développer, accumuler des réserves, fleurir et produire de petits fruits.











Image: sous-bois en été
sous-bois en été


L’été venu, le feuillage des arbres empêche une grande partie de la lumière du soleil d’atteindre le sol. La floraison se termine. En plus de leurs fleurs et leurs fruits, certaines plantes perdent également leurs feuilles et ne subsistent que sous la forme d’un bulbe ou de rhizomes dans le sol.










Image: sous-bois en hiver
sous-bois en hiver


Les réserves accumulées dans ce bulbe ou ces rhizomes permettront à la plante de survivre et même de se développer dans le sol jusqu’au printemps suivant.













Le bourgeon: tout un potentiel!

Image: bourgeons au printemps
bourgeons au printemps


Au printemps, le «débourrement» (éclosion des bourgeons) a lieu lorsque le temps plus doux se maintient même la nuit. Dans les Laurentides, au nord de Montréal, ce phénomène se produit au cours du mois de mai. Il se produit plus tôt au Biodôme, soit à la fin du mois de mars et au début d’avril, parce que l’on augmente la température de façon à hâter l’arrivée du printemps.










Image: feuilles en été
feuilles en été


Les arbres produisent leurs bourgeons pendant l’été, alors que les feuilles ont atteint leur taille maximale. C’est la raison pour laquelle les bourgeons sont déjà présents lorsque les feuilles tombent à l’automne.











Image: rameaux en hiver
rameaux en hiver


L’hiver, l’arbre est en dormance et les cellules des bourgeons peuvent résister aux grands froids sans se briser.
















Pour en savoir plus :
La forêt laurentienne | Fiches descriptives


 Retour: écosystèmes  Forêt laurentienne    
 Au fil des saisons  Êtes-vous aux oiseaux? Les mammifères mangent  
Accueil  English  Commentaires  Générique  Site Web du Biodôme  © Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés