Logo du projet pour le Biodôme de Montréal Pour voir davantage  du Musée virtuel du Canada



"Pengwin"

Le destin tragique d'une espèce disparue



Image: aile de pengwin
aile de pengwin


L'oiseau était bien connu, jadis, dans certains villages côtiers de l’Europe du nord. Cet oiseau marin massif, avec un fort gros bec, avait des ailes minuscules. Ces ailes, bien que trop petites pour lui permettre de s'envoler, s’avéraient néanmoins parfaites pour nager sous l'eau avec agilité et rapidité.








Image: tête de pengwin
tête de pengwin


Les Gallois et les Bretons l'appelaient «pengwyn», c’est-à-dire «blanc à la tête», un nom populaire inspiré par cette grosse tache derrière son bec. Adapté par les cultures voisines, le mot «pengwyn» est devenu «penguin» chez les Anglais et «pingouin» chez les Français...








Image: oeuf de pengwin
oeuf de pengwin


Lents et peu farouches, les «pengwyns» étaient faciles à abattre lorsqu'ils venaient nicher en grand nombre sur les îles côtières. Pêcheurs et marins ne se privaient pas de les massacrer par milliers, à coups de gourdins. On ramassait les oeufs, puis avec les adultes et les poussins, on faisait de la soupe ou encore de la «bouette» pour appâter le poisson. Le gras fondu pouvait servir d'huile à lampe, tandis qu’on utilisait les plumes pour rembourrer matelas et oreillers.





Image: manchots papous
manchots papous


Entre-temps, l'exploration de l'Antarctique avait amené les Européens à faire la découverte de curieux palmipèdes aux ailes minuscules... Des oiseaux assez semblables au «pengwyn», devenu très rare dans l'Atlantique Nord. Les Anglais les appelèrent tout simplement «southern penguins». Quant aux Français, soucieux de ne pas confondre les deux groupes, ils leur donnèrent un nom plus distinctif: ils en firent des «manchots».









Image: grand pingouin naturalisé
grand pingouin naturalisé

En 1830, un séisme engloutit une île volcanique au large de l'Islande, emportant ainsi l'une des dernières colonies de «pengwyns». Quatorze ans plus tard, après des années de recherche, des naturalistes retrouvent enfin la trace de l'oiseau. Sur un îlot islandais, ils découvrent un couple et son oeuf, ultimes représentants des «pengwyns». Après avoir récolté l’œuf, ils ont emporté les deux oiseaux, qui furent abattus pour un musée.

















Pour en savoir plus :
"Pengwin" | Fiches descriptives


 Retour: écosystèmes  Arctique    
 Prises de bec  Une affaire de famille    
Accueil  English  Commentaires  Générique  Site Web du Biodôme  © Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés