Logo Clic

n° 33

Expo 67
Le trentième anniversaire ! (2)

picto

L'Exposition Universelle de Montréal a eu trente ans en 1997. Le Centre d'histoire de Montréal a présenté en 1997 une exposition pour célébrer cet anniversaire.

Panneau Expo

L'idée d'organiser une Exposition Universelle à Montréal flottait déjà dans l'air de la métropole depuis la fin du 19e siècle (voir Montréal Clic n° 32), mais c'est en 1956 que le projet est remis à l'ordre du jour. M. Alphonse Barthe, publicitaire, journaliste et organisateur de foires, propose son idée d'une Exposition Universelle aux libéraux de Louis Saint-Laurent qui n'en veulent pas. Il se tourne alors vers les conservateurs et en parle au colonel Pierre Sévigny qui y voit une façon originale de souligner le centenaire de la Confédération canadienne. John Diefenbaker, alors chef de l'opposition, est mis au courant et décide de soutenir le projet. Puis, Sévigny se tourne vers Duplessis pour obtenir l'appui du gouvernement québécois. Il trouve auprès de Duplessis l'un des plus ardents défenseurs du projet. Aussi étonnant que cela puisse paraître, c'est le maire de Montréal, M. Jean Drapeau qui semble le moins enthousiaste. Nous ne sommes toutefois qu'en 1957 !!!

Inauguration Expo

C'est plutôt le sénateur Sarto Fournier, élu maire de Montréal en novembre 1957, qui envisage sérieusement la tenue de l'Exposition à Montréal. Duplessis le soutient et propose la formule de financement selon laquelle 50% proviendrait du fédéral, 37,5% du provincial et 12,5% du municipal. Le gouvernement fédéral, maintenant dirigé par les conservateurs de Diefenbaker et dont le ministre de la défense n'est nul autre que le colonel Pierre Sévigny, soutient bien évidemment l'éventuelle candidature du Canada en vue de l'obtention de l'Exposition Universelle de 1967.

Le sénateur Mark Drouin, de passage à l'Exposition Universelle de Bruxelles de 1958, annonce pour la première fois l'intention canadienne de tenir l'Exposition en 1967. Cette proposition, abondamment rapportée par les médias au Canada, connaît un large écho au sein de la population. Le processus est dès lors enclenché. On forme une délégation chargée de promouvoir le dossier auprès du Bureau International des Expositions à Paris.

Le Canada se retrouve en 1960 en compétition avec l'Autriche et l'URSS pour l'obtention de l'Exposition. L'URSS, qui veut souligner le 50è anniversaire de la Révolution, est finalement choisie par le BIE. Deux ans plus tard, les Soviétiques se désistent, craignant probablement l'impact de la venue de 20 millions de touristes étrangers. Monsieur Drapeau, réélu maire de Montréal, relance fièrement la candidature du Canada qui obtient enfin l'Exposition pour 1967. Encore faut-il que la ville et le site soient officiellement désignés. Une Compagnie de la couronne est mise sur pied (la C.C.E.U.) et le gouvernement canadien promulgue Montréal ville hôte de l'Expo 67, le 13 novembre 1962.

La véritable histoire de l'Expo ne fait que commencer. Une première équipe de direction, peu encline à défendre le choix des îles comme futur site de l'Expo, se voit remplacée dès 1963 par celle que dirige Pierre Dupuy. Diplomate de carrière, cet homme voyage à travers le monde afin d'obtenir la participation du plus grand nombre de pays. Soixante-dix pays se laissent convaincre. Une véritable course contre la montre s'engage. Au cours des quatres prochaines années, des îles devront être créées, des pavillons érigés, des infrastructures installées, du personnel embauché et la promotion lancée. Tout cela se terminant par le discours du gouverneur général Michener le 28 avril 1967: «Je déclare ouverte l'Exposition Universelle et Internationale de Montréal»...


Saviez-vous que ...

picto Un logo qui secoue les Communes !!! Broche Expo

Le choix d'un emblème pour l'Expo 67 ne se fait pas sans heurts. À l'issue d'un concours, la Compagnie Canadienne de l'Exposition Universelle retient le symbole, désormais célèbre, du designer industriel montréalais Julien Hébert. Toutefois, lors du vote d'adoption à la Chambre des Communes, le scandale éclate. Les députés qualifient le symbole de Monsieur Hébert de «monstruosité», d'«horreur» et traitent même son auteur de «malade», de «beatnik» et d'«anti-canadien» ! La C.C.E.U., forte du soutien populaire, décide de passer outre au vote des Communes et adopte quand même le logo.


On a marché sur les îles

En 1967, on marche sur les îles! Les Montréalais découvrent, comme le reste du monde, un fleuve remodelé. Mais il aurait pu en être autrement!

Travaux Expo

En effet, plusieurs sites ont été proposés pour accueillir l'Exposition Universelle. La saga du choix de l'emplacement d'Expo 67 débute dès 1958, moment où le Canada pose sa candidature... pour atteindre son paroxysme en 1962, lors de l'attribution de l'Expo à Montréal. Selon les rumeurs qui courent dans les journaux de l'époque, près d'une trentaine de propositions font surface et chaque spéculation foncière rameute les journalistes à la recherche d'un scoop.

Leur chasse est souvent vaine car les directives concernant le choix de l'emplacement sont bien précises: le terrain, d'au moins 500 acres, doit être situé sur l'île de Montréal, être si possible libre de bâtiments, facile d'accès et obtenir l'accord des trois gouvernements.

Qu'à cela ne tienne, on songe à tenir l'Expo à l'île Sainte-Thérèse, à Granby, à Pointe-aux-Trembles. Certains veulent même tout démolir entre les rues Sherbrooke, Craig (St-Antoine), de Lorimier et Saint-Laurent pour la situer en plein coeur de Montréal!

Plus sérieusement on songe au parc Maisonneuve, à Ville LaSalle (domaine Béique), à Saint-Léonard (près du parc Lambert Closse) et à Pointe Saint-Charles. Dans ce dernier cas, le but est d'éliminer le Village aux oies (Victoriatown) avec ses taudis de façon à dégager le port. La possibilité d'agrandir l'île Sainte-Hélène est aussi étudiée par la firme d'architectes Bédard, Charbonneau et Langlois laquelle, en janvier 1963, présente le projet des «îles inventées».

Pourtant, le 28 mars 1963, lors de la conférence de presse où l'on annonce le choix de l'île Sainte-Hélène, le maire Drapeau en attribue l'idée au directeur du port monsieur Guy Baudet. C'est finalement le 8 juillet 1963 que l'histoire du choix de l'emplacement prend fin avec l'accord d'Ottawa. Un travail de titan s'enclenche, Montréal doit livrer sans délai des îles à la C.C.E.U., le 30 juin 1964.


Première photographie: Affiche indiquant le nombre de jours restant avant l'ouverture de l'Expo 67. Centre d'histoire de Montréal.

Seconde photographie: Le maire Jean Drapeau saluant la foule lors de l'inauguration de l'Expo 67. Fonds Rosario Therrien, Centre d'histoire de Montréal.

Troisième photographie: Broche portée par les hôtesses, sur leur uniforme. Centre d'histoire de Montréal.

Quatrième photographie: Travaux d'aménagement du site des îles. Fonds Rosario Therrien, Centre d'histoire de Montréal.


Lire Montréal

picto

DUPUY, Pierre. L'Expo 67 ou la découverte de la fierté. Montréal, Éditions La Presse, 1972.

GRENIER, Raymond. Regards sur l'Expo 67. Montréal, Éditions de l'Homme, 1965. Volume 1, 1914-1965.

FULFORD, Robert. Portrait de l'Expo. Toronto, Éditions McClelland and Stewart, 1968.

JASMIN, Yves. La petite histoire de l'Expo 67. L'Exposition universelle et internationale de Montréal comme vous ne l'avez jamais vue. Montréal, Éditions Québec/Amérique, 1997.


Voir le personnage relié à ce thème

Recherche et rédaction par Nicolas-Hugo Chebin, Patrice Lalonde et Chantal Déry

Mention obligatoire: Centre d'histoire de Montréal

imprimer
Se mettre en pleine page
(pour imprimer)

2e trimestre 1997





Centre d'histoire de Montréal

Générique
Dernière mise à jour : 2000-04-06
Tous droits réservés. Ville de Montréal Tous droits réservés, Ville de Montréal