Logo Clic

n° 8

L'aventure du chemin de fer

ouvriers picto

Au début de l'ère du chemin de fer, la principale voie d'accès à Montréal en provenance des États-Unis passe par la rivière Richelieu. Dès 1836, la Champlain and St. Lawrence Railroad inaugure la première ligne au Canada, soit entre St-Jean et Laprairie, pour améliorer la route qui va de Montréal à New-York. Le premier chemin de fer sur l'île de Montréal est inauguré en 1847, entre Montréal et Lachine. En 1853, Montréal est reliée à Portland (Maine), qui dispose d'un port ouvert à longueur d'année. C'est le Grand Tronc, entreprise montréalaise dont les ateliers sont situés à Pointe-St-Charles, qui possède cette ligne de même que la ligne Sarnia-Rivière-du-Loup (via Toronto et Montréal) et le pont Victoria, ouvert en 1859.

train sur glace

En 1871, la Colombie-Britannique se joint au Canada, à la condition d'être reliée au reste du pays par un chemin de fer dans les dix ans. Après de nombreuses difficultés, le Canadien Pacifique est fondé en 1881 dans le but de réaliser la construction du transcontinental canadien, qui sera complété en 1886. Donald Smith, George Stephen et Richard Bladworth Angus, tous de grands bourgeois montréalais, en sont les premiers dirigeants. Naturellement, le siège social de la nouvelle compagnie loge à Montréal. Tout d'abord situés à Hochelaga, les ateliers Angus occuperont par la suite un emplacement au nord de la rue Rachel, dans le quartier Rosemont, et ce, dès 1903. Les usines Angus deviendront les plus vastes et les plus modernes en leur genre au Canada. La fabrication de matériel roulant y emploie près de 6000 personnes en 1916.

Gare Bonaventure

Au début du 20e siècle, on assiste à une croissance économique soutenue au Canada, ce qui favorisera le développement des infrastructures de transport. La position privilégiée de Montréal sur le fleuve Saint-Laurent en fait un grand centre d'exportation des céréales. À cette époque, Montréal est véritablement la plaque tournante du pays.

Un troisième réseau de chemin de fer apparaît, le Canadien Nord, qui relie Québec à Vancouver. Pour pouvoir déplacer sa gare de l'est de Montréal au centre-ville, ce réseau entreprend la construction du tunnel sous le mont Royal. Ce projet entraînera un fort développement immobilier à l'origine de la création de Ville Mont-Royal.

En 1917, le gouvernement fédéral achète le Canadien Nord, en mauvaise situation financière, pour former, avec l'Intercolonial et le National Transcontinental qui sont déjà nationalisés, les Chemins de fer nationaux du Canada. En 1919, s'y joindra le Grand Tronc Pacifique et en 1923, le Grand Tronc, créant ainsi le Canadien National.

La présence du CN et du CP à Montréal consolide la position de la ville comme centre de décision. Mais le développement des infrastructures routières augmente l'efficacité du camionnage, ce qui nuit au transport ferroviaire à partir de l'entre-deux guerres.

Aujourd'hui, Montréal voit son industrie ferroviaire décliner au profit de l'ouest du pays et des États-Unis. La fermeture des usines Angus en 1991 illustre tristement ce fait...

Saviez-vous que...

Le scandale du Pacifique picto

Hugh Allan, riche armateur montréalais, a contribué à la caisse électorale du Parti conservateur dans le but de bénéficier de contrats lors de la construction du chemin de fer du Pacifique. Malheureusement pour lui, le pot aux roses est découvert et ce scandale entraîne la démission du premier ministre Macdonald en 1873. La même année, une crise économique forcera Allan à abandonner définitivement ses projets ferroviaires.

La gare Windsor

Gare Windsor

William Van Horne veut doter le Canadien Pacifique d'un siège social et d'une gare à la hauteur de la progression exceptionnelle de son entreprise. La construction de la gare Windsor, sur la rue du même nom (aujourd'hui la rue Peel), débute en 1887, sous la responsabilité de l'architecte américain Bruce Price. Le chantier est entouré d'une clôture de 10 pieds sur laquelle un Van Horne enthousiaste avait écrit, en lettres noires de six pieds: «Beats all Creations... The New C.P.R. Station!». L'édifice, complété au coût de 300 000 $, sera inauguré le 1er février 1889. Sont désormais regroupés les services aux voyageurs, la salle des pas perdus, les bureaux des ingénieurs et de la direction ainsi que les services postaux. La gare Windsor sera agrandie trois fois, suivant l'expansion du réseau ferroviaire. En 1900, une annexe est érigée, la «hutte de boue» est construite en 1906, et enfin en 1910 une dernière aile est ajoutée.


Première photographie: Ouvriers au travail, chemin de fer Montréal-Ottawa. L'Opinion Publique, 16 septembre 1875.

Seconde photographie: Vue générale de l'ouverture du chemin de fer sur glace entre Hochelaga et Longueuil. L'Opinion Publique, 19 février 1880.

Troisième photographie: Gare Bonaventure, Grand Tronc. Ville de Montréal. Gestion de documents et des archives.

Quatrième photographie: Gare Windsor. Centre d'histoire de Montréal.


Lire Montréal

picto

BERTON, Pierre. Le grand défi - le chemin de fer canadien. Tome 1: Un rêve insensé et tome 2: Le dernier mille. Montréal, Éditions du Jour, 1975.

CINQ-MARS, François. L'avènement du premier chemin de fer au Canada. St-Jean - Laprairie 1836. St-Jean-sur-le-Richelieu, Éditions Mille Roches inc., 1986.


Voir le personnage relié à ce thème

Mention obligatoire: Centre d'histoire de Montréal

imprimer
Se mettre en pleine page
(pour imprimer)

1992





Centre d'histoire de Montréal

Générique
Dernière mise à jour : 2000-04-06
Tous droits réservés. Ville de Montréal Tous droits réservés, Ville de Montréal