Ville de Montréal

L'album : Souvenirs canadiens
L'album Souvenirs canadiens jouit depuis longtemps d'une grande notoriété. De nombreux historiens de l'art en ont traité, que l'on pense à Gérard Morisset ou à Jules Bazin. Olivier Maurault a produit un compte rendu des sujets et des œuvres s'y trouvant. Huguette Boivin-Piérard en a fait le sujet de son mémoire de maîtrise en 1990.

Trésors de l'album
Les raisons justifiant un tel intérêt sont multiples. Tout d'abord, la réunion en un seul album de 343 pages d'une quantité importante d'artistes, autant professionnels qu'amateurs, anglophones que francophones (Joseph Légaré, Théophile Hamel, James Duncan, John Grant, William Bent Berczy). Ensuite, la contribution d'artistes masculins, comme on en a l'habitude, mais aussi celle, plus rare, d'artistes féminines (Amélie Panet, Marianne Malone). Enfin, la variété des œuvres; comme elles devaient correspondre au format de l'album, leurs dimensions, leur matériau et leur support y sont expressément adaptés.

L'univers de Jacques Viger
Mais ce qui en fait la force première tient aux goûts et aux préférences de Jacques Viger. L'album Souvenirs canadiens rassemble un grand nombre d'images et plusieurs textes. Les sujets et les compositions se rattachent bien souvent à une forme plus populaire qu'académique, se distanciant ainsi de la collection traditionnelle. Viger nous convie plutôt à explorer son univers, en lien avec ses convictions, ses sujets de prédilection et sa façon de voir et d'apprécier la vie. L'étude thématique de cet album permettra de découvrir que le choix et l'assemblage de ces oeuvres ne sont pas le fruit du hasard.

Générique
Tous droits réservés, Ville de Montréal