Ville de Montréal

Faune et flore
Au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, l'Europe et l'Amérique du Nord se découvrent une passion pour les sciences naturelles, plus spécifiquement pour la géologie, la botanique, l'ornithologie et la zoologie des mammifères. La venue de savants étrangers, la publication d'ouvrages spécialisés ou d'encyclopédies sur la flore, la faune et les animaux créent un engouement tel que la Natural History Society of Montreal est fondée en 1827.

Compositions originales
L'album Souvenirs canadiens constitue une mine d'or pour ce genre de représentations. Première constatation : le support de l'œuvre s'étudie aussi bien que l'œuvre elle-même. On y trouve des papiers embossés avec la forme prédéfinie de la fleur à peindre. La texture des papiers révèle son utilisation pour l'aquarelle, l'encre et d'autres matériaux. Des techniques moins courantes comme le découpage et le trouage du papier, l'incorporation de plumes d'oiseaux, de velours et de bois rendent certaines compositions encore plus originales. Des trompe-l'œil témoignent de la dextérité de certaines artistes (en pages 218 et 278). Une paire de cygnes est même représentée en broderie (p. 250).

Expression au féminin
Deuxième constatation : la présence importante de femmes artistes, comme Amélie Panet et Marianne Malone. Les femmes trouvent dans cette pratique artistique une forme d'expression. Viger a demandé à plus d'une dizaine d'entre elles de créer des œuvres (on retrouve leurs signatures à la page 176 de l'album). Le plus souvent ce sont des aquarelles ayant pour thème des fleurs (géranium, p. 33; iris, p. 226; glaïeul, p. 290) ou des oiseaux (faucon bleu, p. 17; colibris, p. 214).

 

®Tous droits réservés, Ville de Montréal