Ville de Montréal

Paysages
Jacques Viger a commandé pour son album de nombreux paysages, vues et sites. Aquarelles, lithographies, gravures, lavis, huiles ne sont que quelques-uns des matériaux utilisés pour ces œuvres en format réduit, et dont c'est justement l'originalité.

D'ici...
Une première section pourrait être consacrée aux images d'ici. Des vues et des paysages de Montréal et des alentours (Montréal vu de l'île Sainte-Hélène, p. 266; le village de Sainte-Geneviève, p. 216), de Québec (Vue de Québec, p. 289; Montmorency en hiver, p. 38; Chute de la rivière Sainte-Anne, p. 136), du Saguenay (p. 240) et des chutes de Niagara (p. 128) sont exécutées par des artistes de renommée comme Joseph Légaré, James Duncan ou William Bent Berczy. Des sujets liés à la spécificité du territoire se retrouvent dans l'Été sauvage (p. 300-301) et La bordée de neige (p. 230).

Et d'ailleurs...
Plusieurs gravures de paysages et de sites étrangers montrent l'intérêt plus international de Jacques Viger. Que ce soit de la Grande-Bretagne, de la Suisse ou de l'Italie, ces scènes montrent souvent des villes (Genève, p. 53; Naples, p. 319), des édifices en ruine (LL Anthony Abbey, p. 98); des lieux de pèlerinage (la chapelle du Rohrberg, p. 234); des paysages (trois vues d'un volcan, p. 101, 102 et 110) ou des contrées exotiques (Une chasse, p. 97).

Courants artistiques
Cependant, certaines représentations ne font qu'exprimer le courant artistique auxquelles elles appartiennent, comme cette gravure s'inspirant d'un tableau romantique du peintre anglais Thomas Gainsborough (p. 311) ou cette scène pittoresque d'hiver de George Miller (p. 201). Quant aux châteaux (Roxburgh Castle, p. 262; Blackness Castle, p. 279), ils sont en lien avec la littérature de l'époque :

« Les romans gothiques sont très populaires au Bas-Canada de 1830 à 1850 (surtout sous forme de feuilleton dans les journaux), dans lesquels les scènes d'aventure se déroulent dans des décors moyenâgeux. » (Huguette Boivin-Piérard, Souvenirs canadiens. Album de Jacques Viger, mémoire de maîtrise, UQAM, 1990, p. 68).

 

 

®Tous droits réservés, Ville de Montréal