La démocratie à Montréal de 1830 à nos jours / ExpositionLa démocratie à Montréal de 1830 à nos jours / Exposition

Vous êtes ici : Accueil > Introduction > Maires de Montréal > William Hales Hingston

William Hales Hingston (1875-1877)

William Hales Hingston est né le 29 juin 1829 dans le canton de Hinchinbrook au Bas-Canada. Médecin et chirurgien, il a été maire de Montréal de 1875 à 1877. Il décède le 19 février 1907 à Montréal.

Il poursuit des études médicales au McGill College à Montréal où il obtient son diplôme en médecine en 1851. Il se rend ensuite en Europe compléter sa formation et revient en 1854 avec son diplôme de chirurgien.

Le docteur Hingston connaît une carrière exceptionnelle à Montréal. Sa réputation de chirurgien sera même internationale. Il œuvre à l’Hôtel-Dieu de Montréal où il fait preuve d’une grande dextérité et d’audace dans ses interventions. On le retrouve à la faculté de médecine du Bishop’s College à Montréal. Il passe ensuite à l’école de médecine et de chirurgie de Montréal et enfin à la faculté de médecine de la succursale de l’université Laval à Montréal.

La contribution de William Hingston à l’administration municipale constitue un héritage dont les Montréalais profitent encore. Sous sa gouverne, alors qu’il est maire de 1875 à 1877, on poursuit l’amélioration de l’état sanitaire de la ville. En 1876, le maire Hingston réorganise le bureau de santé municipal en le transformant en organisme permanent. Il s’assure d’y retrouver un plus grand nombre de médecins compétents, tous des gens qui contribuent à une réforme en profondeur de l’organisation sanitaire de la ville.

Le docteur Hingston fut très apprécié des Montréalais. Au moment des épidémies de variole de 1872 à 1875, il est au premier rang pour soigner les malades. Il le sera à nouveau durant l’épidémie de 1885.

L’homme n’a pas froid aux yeux. En septembre 1875, 3 000 citoyens en colère se présentent devant l’hôtel de ville pour protester contre la vaccination obligatoire. Le docteur Hingston affronte la foule et parvient à l’apaiser. Son autorité morale est très grande.

Voir : Dictionnaire biographique du Canada en ligne


Coordonnées | Archives de Montréal | Réalisation

   
 
® Tous droits réservés, Ville de Montréal