La démocratie à Montréal de 1830 à nos jours / ExpositionLa démocratie à Montréal de 1830 à nos jours / Exposition

Vous êtes ici : Accueil > Introduction > La démocratisation de la vie politique (1960-2001) > Jean Drapeau et les réformes des années 1960


Jean Drapeau et les réformes des années 1960

Dans les semaines précédant l’élection de 1960, Jean Drapeau surprend tout le monde.  En septembre, il quitte la Ligue d’action civique et, avec le concours de dix-sept conseillers municipaux, fonde le Parti civique de Montréal.

Aux élections, Jean Drapeau remporte aisément la victoire.  Son parti fait élire les deux-tiers de ses soixante-six candidats;  par conséquent, il détient la majorité au Conseil municipal.

Cette fois-ci, les électeurs sont appelés à se prononcer sur l’abolition de la classe C, une mesure réclamée depuis quelque temps.  Les citoyens disent oui.  Le Comité exécutif regroupera donc trois représentants de chacune des deux classes restantes.

Jean Drapeau se distingue nettement des maires qui le précèdent.  Son style de leadership vise l’efficacité et un exercice plus réfléchi de l’activité politique.  Il tire profit de sa forte personnalité;  pendant vingt-cinq ans, il est réélu.

Médéric Martin et Camillien Houde bénéficiaient de leurs origines ouvrières.  Jean Drapeau, lui, appartient à l’élite intellectuelle canadienne-française.  Né à Montréal en 1916, ce bachelier en sciences sociales entreprend des études en droit et est reçu avocat en 1944.  Personnalité marquante du monde politique québécois, voire canadien, il cultive une image d’autorité fondée sur le prestige, le respect et l’intégrité politique.

L’abolition de la classe A simplifie les élections de 1962.  À présent, seuls les conseillers choisis par l’ensemble des électeurs se joignent au Conseil municipal.  Montréal est maintenant divisée en quinze districts, respectivement représentés par trois conseillers.  Lors du scrutin, les Montréalais acceptent d’octroyer des mandats de quatre ans aux élus.

Autre changement, le maire peut soumettre au Conseil le nom des élus qu’il aimerait voir siéger au Comité exécutif.  Comme les représentants du Parti civique y sont en majorité, son choix est automatiquement accepté.

           
           

 


Coordonnées | Archives de Montréal | Réalisation

   
 
® Tous droits réservés, Ville de Montréal