La démocratie à Montréal de 1830 à nos jours / ExpositionLa démocratie à Montréal de 1830 à nos jours / Exposition

Vous êtes ici : Accueil > Introduction > Maires de Montréal > Charles-Séraphin Rodier

Charles-Séraphin Rodier (1858-1862)

Charles-Séraphin Rodier est né le 4 octobre 1797 à Montréal. Marchand, avocat et philanthrope, il a été maire de Montréal de 1858 à 1862. Il décède le 4 février 1876 à Montréal.

Il fréquente le collège de Montréal dirigé par les Sulpiciens. Il fait d’abord carrière dans les affaires, dans le commerce de détail et de gros, où il amasse une fortune considérable. Il s’intéresse ensuite au droit. Il étudie dans un bureau d’avocats de Montréal et est admis au Barreau en 1841.

Très tôt, il s’intéresse aux affaires municipales. Il fait partie des signataires de la pétition de 1831 demandant l’octroi d’une charte municipale à Montréal. Il est du nombre des tout premiers conseillers de la ville élus en 1833 et qui siégeront jusqu’en 1836. La charte n’est pas renouvelée, mais Rodier est désigné en 1837 juge de paix pour administrer le territoire. En 1840, après l’entrée en vigueur de la nouvelle charte pour Montréal, il fait partie du conseil de ville nommé par le gouverneur Poulett Thomson. À l’élection de 1858, Rodier est élu maire de Montréal, ce qu’il répétera aux élections suivantes de 1859, 1860 et 1861. C’est Jean-Louis Beaudry qui le défait en 1862.

La contribution du maire Rodier se résume ainsi. Il améliore la situation financière de la ville et fait construire des docks. On lui doit l’instauration d’un système de transport public en 1861 et la construction du Palais de Cristal. Sous son administration, il accueille en 1860 le prince de Galles venu inaugurer le pont Victoria. Soucieux du bien-être de ses concitoyens, il intervient personnellement lors de la grande inondation d’avril 1861; il part en barque distribuer des vivres aux sinistrés.

On a aussi retenu de lui sa grande générosité envers les communautés religieuses. En 1868, il donne une partie de ses immeubles aux sœurs grises pour leur orphelinat. En 1872-1873, il leur fait construire un édifice plus grand. Il aide également les Sulpiciens et les sœurs du Bon-Pasteur.

Voir : Dictionnaire biographique du Canada en ligne


Coordonnées | Archives de Montréal | Réalisation

   
 
® Tous droits réservés, Ville de Montréal